Download PDF

Pour la fondation Robert Schuman, les partis eurosceptiques, qualifiés d’ “extrême droite”, convergent sur leur hostilité à l’immigration extra-européenne – jugée coûteuse et minant l’identité des nations, à l’euro perçu comme ralentisseur de croissance, et à la construction européenne jugée trop peu démocratique et affaiblissant les souverainetés nationales. Sans contredire ces reproches, la fondation estime que ces partis pourraient obtenir plus de 70 députés contre 47 actuellement. L’article ne tient d’ailleurs pas compte du parti populiste italien “5 étoiles”, ou des conservateurs britanniques, qui demandent pour le premier un référendum sur la sortie de l’euro et les seconds sur la sortie de l’Union Européenne. Ils sont crédités respectivement de 25% et 28% des voix, soit chacun 21 députés aux prochaines élections européennes prévues du 22 au 25 mai 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *