Selon un rapport, l’immigration encourage une discrimination à l’embauche à l’encontre des américains.

Actualités, Coûts, Impact

Download PDF

Le soutien de l’Etat à l’immigration légale de masse entraîne une discrimination à l’embauche de la part des entreprises américaines envers des ouvriers américains, indique le site Breitbart.com le 26 novembre 2017.

Breitbart.com cite un rapport d’American Affairs, où le professeur Amy Wax et le chercheur Jason Richwine évoquent de nombreuses études qui montrent que l’immigration engendre de la discrimination ;

« Les différentes études révèlent que les employeurs ont une préférence notable pour les migrants hispaniques et asiatiques aux ouvriers américains. »

Cette attitude a été illustrée dans un procès opposant la Equal Employment Opportunity Commission à une boulangerie dans la ville de Houston (Texas). Selon le journal local, Houston Chronicle:

« La EEOC a accusé la boulangerie de favoriser l’emploi des travailleurs hispaniques en disant aux noirs, aux blancs et aux non-hispaniques que la boulangerie ne les embaucherait pas. La boulangerie est parvenue à créer une main d’œuvre principalement hispanique en comptant sur l’entraide des employés. On demandait aux ouvriers de recruter la famille, les amis et l’on parlait espagnol lorsque la boulangerie était ouverte. »

Wax et Richwine disent que ces problèmes pourraient être résolus si les élites admettaient le tort causé par leur politique migratoire et si les ouvriers américains reconnaissaient leurs défauts.

« Mettre un terme à l’immigration d’une main d’œuvre étrangère peu compétente permettrait aux américains de se remettre au travail. Pour ce faire une campagne de recrutement devrait être mise en place, inciter les jeunes à travailler, et arrêter l’idée de l’université pour tous qui dévalue le travail manuel.

Pourquoi restreindre l’immigration ? Parce que remplacer les ouvriers américains par de la main d’œuvre étrangère peu qualifiée n’est pas une stratégie viable sur le long terme pour notre pays. Malgré des bénéfices économiques pour les employeurs, les actionnaires et les consommateurs, l’immigration massive d’ouvriers peu qualifiés est démoralisante et dangereuse sur le long terme…

Maintenir l’immigration massive relève aussi de la mauvaise foi, car elle efface des réalités poignantes. Trop d’américains incompétents ne travaillent pas et sont considérés comme indésirables par les employeurs américains. La situation actuelle de l’immigration permet d’occulter ce problème. En changeant la politique migratoire ce problème serait connu de tous et devrait être résolu. La société ainsi que les travailleurs américains doivent faire face à ce problème : pour ce faire les emplois nécessitant peu de compétences doivent être occupés en priorité par des ouvriers américains. »

Les travailleurs américains ayant obtenu des diplômes souffrent aussi de cette discrimination car les employeurs préfèrent embaucher de jeunes diplômés étrangers qui seront contents de travailler de longues heures peu rémunérées, dans l’espérance de décrocher la nationalité américaine.

Un rapport de ComputerWorld suite à un procès de 2016, réalisé par David Neumark un professeur d’économie à l’université de Californie, permet d’y voir plus clair sur les pratiques. Ce dernier a analysé la main d’œuvre d’InfoSys’ U.S. pour le compte des plaignants et il a rédigé un rapport de 76 pages qui a été envoyé à la cour fédérale du Wisconsin.

De ce rapport on apprend plusieurs choses, ainsi un des plaignants a été embauché par Infosys afin de travailler sur un projet de 49.5 millions de dollars de budget, demandé par le gouvernement du district de Columbia. Il y avait 100 employés qui travaillaient sur le projet mais seulement 3 employés étaient américains. La victime a porté plainte pour harcèlement et n’a d’ailleurs pas pu monter dans la hiérarchie du fait de son origine américaine.

Neumark a aussi apporté une analyse statistique lors du procès. L’économiste a noté que « de 2009 à 2015, la portion de main d’œuvre sud-asiatique d’Infosys était passée de 11,45% à 89,39%. »

Les députés du président Trump prennent des mesures afin de dissuader et de pénaliser la discrimination à l’embauche de travailleurs américains.

De même que le président Trump souhaite mettre en place le RAISE Act qui aiderait les travailleurs américains car il diminuerait de moitié le nombre de travailleurs immigrés. La mesure mettrait un terme à la loterie des visas et annulerait les lois migratoires qui permettent aux migrants d’obtenir des cartes vertes pour leurs proches. Sans même que le niveau de compétences, d’éducation, l’âge ainsi que l’idéologie de leurs proches soit regardé.

Les sondages montrent qu’une majorité des américains sont opposés à l’immigration de travailleurs bas de gamme, qui prennent la place des travailleurs américains.

Bien que les sondages « financés par l’industrie » fassent pression sur les américains afin que ces derniers se montrent favorables à l’immigration d’autres sondages montrent que les américains souhaitent prioritairement aider leurs familles, voisins, concitoyens à trouver un emploi stable dans une économie ayant une forte immigration et proposant des salaires faibles. Cet état d’esprit s’est retrouvé lors des primaires du parti Républicain et lors de l’élection présidentielle en Novembre 2016.

Chaque année 4 millions d’américains atteignent 18 ans et cherchent du travail sur le marché.

Mais le gouvernement fédéral réduit l’offre de travail en acceptant chaque année 1 millions de nouveaux immigrants légaux, en délivrant près de 2 millions de permis de travail à des étrangers, en procurant des visas de travail à près de 500,000 travailleurs temporaires et en faisant peu pour lutter contre l’embauche d’environ 8 millions d’immigrants illégaux.

La politique de l’immigration massive inonde le marché du travail de main d’œuvre étrangère. Cette dernière fait grimper les profits et les valeurs de Wall Street, tout en diminuant les salaires des ouvriers ainsi que des collaborateurs en col blanc. Cette politique fait aussi augmenter le prix de l’immobilier, creuse les écarts de richesses, réduit l’investissement dans les hautes technologies, accroit les impôts, touche les écoles primaires et secondaires, pousse les américains à l’écart des carrières dans les hautes technologies et ostracise de la société au moins 5 millions d’américains et leurs familles dont beaucoup souffrent d’addictions aux opiacés.

Libre traduction observatoire-migration.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *