Download PDF

Le gouverneur de la banque d’Angleterre, Mark Carney a déclaré le 13 mai 2015 que l’immigration massive essentiellement peu qualifiée, connue par le Royaume Uni constituait un choc d’offre sur le marché de l’emploi qui limitait les hausses de salaires.

Il a indiqué en outre que la stagnation des salaires était une menace pour la reprise après une des pires récessions du siècle.

4,8 millions d’immigrés travaillent en Grande Bretagne (1/6ème de la population active), dont 2 millions d’origine européenne.

La libre circulation des personnes – un des piliers de l’Union Européenne – est la règle entre l’UE et la GB, malgré sa non-appartenance à la zone Schengen.

Une libre circulation des personnes désormais associée à la stagnation des salaires britanniques.

La déclaration du chef de la banque d’Angleterre ne devrait pas réjouir l’Union Européenne. En effet, après la victoire de David Cameron aux élections législatives du 8 mai 2015, la perspective d’un référendum sur le maintien du Royaume Uni ou sa sortie de l’Union Européenne est désormais confirmée avant la fin de l’année 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *