Download PDF

Le PIB par habitant en France est négativement impacté par l’immigration extra-européenne : il est inférieur de 2.000€ par habitant[1] et par an à ce qu’il serait en l’absence d’immigration extra-européenne.

C’est ce qui ressort de l’étude menée en 2012 par Gérard PINCE, docteur en économie, qu’il a publiée dans un livre au titre évocateur : « Les Français ruinés par l’immigration »[2].

L’originalité de ses travaux réside notamment dans le champ de son étude, le coût spécifique de l’immigration extra-européenne en France, alors que d’autres chercheurs avaient avant lui envisagé certains coûts liés à l’immigration, mais en mêlant dans leur calcul les immigrés d’origine européenne et ceux d’origine tierce, ce qui avait pour effet de diluer l’impact économique négatif de l’immigration venue du tiers-monde.

 

Forte différence entre le PIB produit par un européen et un immigré extra européen en France 

G. PINCE examine tout d’abord le PIB (Produit Intérieur Brut) français, qui représente le revenu total obtenu par la France en un an : 2.000[3] milliards d’euros en 2011. Pour connaître la richesse produite par habitant, il divise ce revenu par le nombre de personnes résidant en France la même année, soit 65,4 millions d’habitants. Le PIB français par résident[4] s’élève ainsi à 30.500 euros par an en 2011.

            Il signale au passage que les études se prévalant d’une hausse du PIB grâce à l’immigration ne démontrent nullement un enrichissement des habitants car il suffit (comme c’est le cas) que le nombre d’immigrés fasse croître la population plus vite que le PIB pour que l’on aboutisse au contraire à un appauvrissement de la population d’accueil, c’est à dire du PIB/habitant.

Il décompose ensuite ce PIB français (2.000 milliards €) en deux éléments, la part produite par les Français d’origine européenne ou les Européens présents en France (environ 1.850 Mds€) et la part produite par les immigrés[5] d’origine extra-européenne présents en France (environ 150 Mds€). Ce qui rapporté aux populations concernées[6] donne un PIB de 32.300 € par habitant européen[7] et 17.900 par résident extra européen en France.

 

Le PIB par habitant européen en France est inférieur de plus de 2.000 euros à ce qu’il serait en l’absence d’immigration extra européenne

Au delà de la situation actuelle, il procède ensuite à une estimation de ce que serait le PIB français par habitant en l’absence d’immigration extra européenne. S’inspirant ainsi de la méthode de la Banque Mondiale, qui pour évaluer la rentabilité d’un projet calcule comment évoluerait la situation en l’absence de ce projet, puis compare les bénéfices obtenus avec ou sans ce projet, il évalue le bénéfice du projet « immigration extra européenne » pour l’année 2011 en France.

On a vu qu’en 2011 le PIB par habitant européen en France s’élève à 32.300 €. Si le PIB par habitant calculé en l’absence d’immigration extra européenne s’avère supérieur à 32.300 €, il faudra conclure que l’immigration extra européenne appauvrit le reste de la population en France.

 

Nouveau marché du travail

Le marché du travail se contracte, la population active (offreurs de travail) passant de 28,4 à 25,5 millions, les 2,9 millions d’actifs des pays tiers[8] disparaissant par hypothèse. Parmi les 25,5 millions d’actifs européens, 2 millions étaient au chômage : 1 million prend les emplois laissés vacants par les tiers, du fait de la substituabilité des emplois, un autre million restant au chômage compte tenu d’un chômage frictionnel évalué à 4% de la population active.

Parmi les 2,9 millions d’actifs tiers, 600 milles étaient au chômage. 1 millions d’emplois laissés vacants par les tiers étant pris par les Européens précédemment au chômage, il reste 1,3 million d’emploi laissés vacants par les tiers et non pourvus (2,9-0,6-1 = 1,3). Face à cette pénurie de main d’oeuvre, les employeurs sont obligés d’augmenter les salaires, ce qui a deux effets. D’une part ces hausses de salaires annulent la décote de 14% consentie par les tiers.  D’autre part, des personnes qui s’étaient retirées du marché du travail découragées par la faiblesse des rémunérations s’y présentent à nouveau, comblant le solde de 1,3 million d’emploi laissé vacant par les tiers.

 

Résultats

Le PIB obtenu par les Européens dans ces conditions s’élève à 1.966,8 milliards d’euros (contre 1.850 en 2011), du fait de la baisse de la consommation (liée à la disparition des tiers par hypothèse) et à la fin du déficit budgétaire (qui était imputable à la présence des tiers).

            Le PIB, à population européenne constante de 57,3 millions passerait ainsi de 32.300 € à 34.300 € par habitant, en l’absence d’immigration extra européenne.

On est obligé de conclure que la présence d’une immigration extra européenne massive en France appauvrit les Français.

Ce phénomène a des causes multiples, notamment le fait que les populations extra européennes immigrant en France le font pour des motifs essentiellement familiaux et sociaux, et sont par ailleurs très peu qualifiées.

 

 


[1]    32.300 € par habitant et par an en 2011 au lieu de 34.300 €

[2]    Editions Godefroy de Bouillon, mai 2013

[3]    Exactement 1996,6 milliards d’euros en 2011, selon l’INSEE

[4]    Personnes présentes durablement sur le sol Français, qu’ils soient Français ou étrangers

[5]    Ces immigrés d’origine extra-européenne sont considérés sur deux générations, à savoir les immigrés de première génération et 50% de leurs enfants de plus de 18 ans soit au total : 8,1 millions de personnes. Ils peuvent d’ailleurs avoir gardé une nationalité étrangère ou avoir acquis la nationalité française

[6]    8,1 millions d’immigrés et descendants d’immigrés (prenant en compte la moitié de la deuxième génération), le reste de la population (57,3 millions (65,4-8,1) étant considérée comme européenne (de nationalité française ou d’un autre pays de l’Union Européenne)

[7]    On nomme ici Européen un Français d’origine européenne ou un ressortissant d’un autre pays de l’Union Européenne résident en France

[8]    « Tiers » ou autrement appelés extra européens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *