Pour la fondation Robert Schuman, les partis eurosceptiques, qualifiés d’ “extrême droite”, convergent sur leur hostilité à l’immigration extra-européenne – jugée coûteuse et minant l’identité des nations, à l’euro perçu comme ralentisseur de croissance, et à la construction européenne jugée trop peu démocratique et affaiblissant les souverainetés nationales. Sans contredire ces reproches, la fondation estime que ces partis pourraient obtenir plus[…]